Home

Les premiers rapports du Boogie Woogie date de la moitié du 19ème siècle. Au début respecté, adoré, ensuite craché et effacé mais actuellement ressucité grâce à un petit nombre de pianistes passionnés. Dans le meilleur des cas on pense à la musique populaire des “fifties”, c’est à dire le rock’n roll, Elvis Presley, jukeboxes, pettycoats, bubblegum et le chanteur-pianiste Jerry Lee Lewis qui avec son hit “Great Balls Of Fire” doit être le créateur incontesté de cette genre unique et plein de virtuosité.

Eh bien, boogie woogie est beaucoup plus ancien et était à l’origine de la musique de danse afro-américain du sud des Etats Unis. Avec uniquement une guitare et plus tard un piano les musiciens afro-américains y ont formé la base de quasi toute l’histoire du jazz et de la musique populaire.

Le style nécessite une très forte technique de la main gauche et se caractérise par une cascade de notes dans les basses en motifs rythmiques répétitifs. Selon la tradition, cette technique serait apparues d’une manière très bizarre. Dans la préhistoire du jazz, quand le countryblues et le ragtime faisait la pluie et le beau temps, les pianistes de ragtime utilisaient un jeu rythmique qui consiste à déplacer la main gauche des basses vers le milieu du clavier. Un pianiste nommé William Turk avait des problèmes avec cette technique à cause de son “contour de ventre hors proportion”. Ainsi il est donc resté avec sa main gauche dans les basses et boogie woogie était un fait.

Vrai ou pas, le genre a évolué, a été perfectionné et est devenu très populaire à New York juste avant la Seconde Guerre mondiale, avec une série de concerts nommé “FROM SPIRITUALS TO SWING”. Lors de ces concerts, la force qui émane du boogie woogie a été démontré par des duets spectaculaires sur deux pianos et avec au clavier les meilleurs pianistes de cette période. Le succès était donc à l’avenant mais en même temps le monstre de commercialisation à frappé dur et boogie woogie a été introduit dans le monde de la musique commerciale.

Au moment où presque la moitié de la population mondiale était sous le charme de Jerry Lee et son “Great Balls of Fire” ce qui s’était passé des décennies auparavant avait entièrement disparu de la mémoire collective bien qu’étant d’une valeur inestimable pour l’évolution et le développement du jazz et de la musique populaire appréciée de nos jours.

Boogie Phil